Le Botswana vend ses diamants aux enchères

Auteur 29 juillet 2013 2
Le Botswana vend ses diamants aux enchères

Le Botswana est un pays enclavé d’Afrique Australe. Il n’a pas d’accès maritime. Ce qui ne l’empêche pas d’être une île de prospérité, dans la mer de pauvreté qui caractérise le continent noir et notamment la sous-région. Le Botswana est entouré de l’Afrique du Sud au Sud et Sud-est, de la Namibie à l’Ouest, de la Zambie au Nord et du Zimbabwe au Nord-est. Cette proximité avec le voisin sud-africain lui a entrouvert des portes économiques en termes de services et de ressources minières.

Premier producteur mondial de diamants

De par sa proximité avec la Nation arc-en-ciel, l’abondance de ressources diamantaires singularise également le Botswana. Le pays en est le premier producteur mondial. Sa production avoisine les 20 millions de carats par an. Gaborone est aujourd’hui une plaque tournante du secteur du diamant. La découverte de cette ressource est pourtant assez récente, elle ne remonte qu’aux années 1950. Les réserves n’ont été exploitées que depuis 1972. Les diamants botswanais sont réputés d’excellente facture. Plus de 60% des diamants bruts y sont de qualité « gemme ».

A la différence d’autres nations africaines ayant subi la malédiction des ressources naturelles, le Botswana a su se développer économiquement et socialement grâce aux mannes financières générées par les revenus du commerce de diamants. Les apports financiers ont pu être investis dans des infrastructures sociales. Actuellement, le Botswana fait partie des rares pays africains à fournir une éducation gratuite, de l’enseignement primaire et secondaire. Les progrès en termes sociaux ont été spectaculaires en quarante années. Cette réussite est également due à la vision des différents dirigeants qui ont respecté rigoureusement le principe de la transparence et de la redevabilité. En 2011, le taux de transparence au Botswana a été mesuré à 6,1 sur une échelle de 10. Le pays est, de très loin, le moins corrompu à l’échelle africaine.

Rupture historique avec De Beers, système d’enchères

La compagnie De Beers, la plus importante au monde dans l’exploitation des diamants, est omniprésente au Botswana. Cette compagnie, basée à Londres, exploite les principales mines du pays. Et elle continue d’investir. Un projet gigantesque dénommé « Cut 8 » a été lancé en vue d’exploiter la mine de Jwaneng, considérée comme la plus riche mine de diamant au monde. Ceci ne fera que renforcer la mainmise botswanaise en matière de diamants. « Cut 8 » sera l’un des plus grands sites miniers à ciel ouvert au monde.

Pour que les ressources profitent encore plus efficacement que maintenant à la population et à l’Etat botswanais, un nouvel accord décennal a été signé entre le pays et De Beers en septembre 2011. Cette convention permettra au géant du diamant de transférer ses ventes de brut à Gaborone. Rompant ainsi avec 100 années de tradition, pendant lesquelles les pierres étaient envoyées à Londres.

Le Botswana renforcera sa position sur l’échiquier mondial et bénéficiera des apports des techniciens et des technologies qui ont été transférés de Londres à Gaborone. Les diamants seront donc mis aux enchères sur le sol botswanais. Cette transaction générera 6 milliards de dollars par an selon les estimations. La transaction est menée conjointement par De Beers et l’Etat botswanais, à travers la société Okavango Diamond Company. A terme, le marché de Gaborone tentera de rivaliser avec celui de Tel Aviv par exemple.

2 commentaires »

  1. NOMBRE Daouda17 octobre 2013 at 18 h 07 min - Reply

    Bel exemple de souveraineté que donne le Bostwana au autres Etats africains. Puisse cela vivement les inspirer. On a suffisamment été exploité par l’occident…Ca suffit car il est temps que nous puissons enfin jouir comme il se doit des retombées de nos richesses naturelles….

Ecrire un commentaire »