Environnement : des mesures drastiques concernant les sacs plastiques en Afrique

Auteur 15 janvier 2013 1
Environnement : des mesures drastiques concernant les sacs plastiques en Afrique

l’Afrique le continent le plus répressif envers les sacs plastiques

Au Mali et en Mauritanie, de bonnes résolutions ont été prises : depuis le 1er janvier dans ces deux pays, la production, la commercialisation et l’usage de sacs plastiques sont maintenant interdits. La Tanzanie, l’Afrique du Sud, l’Ouganda et le Kenya avaient déjà interdit les sachets de petite tailles, alors qu’au Rwanda et en Somalie les sacs et sachets en plastique sont totalement interdits.

Des mesures ainsi que des sanctions ont donc été prises. D’après l’agence mauritanienne d’information (AMI), les peines de prison ferme peuvent aller jusqu’à un an et les amendes pourront atteindre un million d’ouguiyas (2500 euros) pour les fabricants, les importateurs et les utilisateurs de sachets en plastique.

Qualifiés de “fléau désastreux” et de “menace à la santé publique » par les autorités maliennes, ce sont les effets nocifs des sacs en polyéthylène sur l’environnement qui sont dénoncés par nombre de pays Africains. Ces mesures prises dernièrement font d’ailleurs de l’Afrique le continent le plus répressif envers les sacs plastiques.

Une menace pour la faune et la flore

Au Mali comme au Bangladesh les sachets jetés dans la nature bloquent les systèmes d’évacuation ce qui a entraîné de nombreuse inondations dans les villes.

Comme l’a également souligné le ministre mauritanien de l’environnement, “la quasi-totalité des déchets d’emballages plastiques se retrouvent dans le milieu naturel, terrestre et marin, où ils sont parfois ingérés par quelques espèces marines et le bétail, entraînant leur mort”.

Si les tortues de mer sont connues pour être des victimes de cette pollution aux sacs plastiques, les confondant avec des méduses et s’étouffant, les chameaux sont également très touchés par ce problème. En effet, aux Émirats Arabes Unis, près de la moitié des chameaux meurent de famine causée par la consommation de plastique. En Mauritanie, le même problème est rencontré avec les bovins : “ 80% des bovins tués aux abattoirs de Nouakchott sont porteurs de sacs plastiques dans leur panse” toujours d’après le ministre mauritanien de l’environnement.

Désormais, aux Emirats Arabes Unis, seuls les sacs plastiques biodégradables sont autorisés.

Les sacs plastiques : l’infime partie d’un problème plus global

Si les groupes écologistes saluent ces mesures, il faut tout de même admettre que ces mesures prise sur la limitation voir l’interdiction des sacs plastiques dans ces pays est une solution bien maigre face à un problème beaucoup plus colossal. “Les gens pensent qu’en se débarrassant des sacs plastiques, on va régler tous les problèmes liés aux déchets, mais les sacs plastiques, ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. Ils ne sont qu’une petite part de l’immense quantité de déchets” se désole Neil Verlander, membre des Amis de la Terre. Pour mieux se rendre compte il suffit de regarder les chiffres : le plastique représente 25% des 56 000 tonnes de déchets produits annuellement par la ville de Nouakchott, selon des statistiques officielles.

De plus pour Neil Verlander il semble impossible de bannir totalement les sacs plastiques qui sont, il faut bien le reconnaître, des objets du quotidien. Personne ne semble vraiment opposé à l’idée des sacs plastiques mais encore faut-il trouver une solution alternative viable. Si les sacs en papier sont plus écologiques, leur fabrication nécessite plus de temps, de ressources naturelles et d’énergie. Concernant les sacs réutilisables encore faut-il les utiliser correctement. Rappelons qu’ils ne sont pas biodégradables, et que si l’on souhaite les utiliser vraiment de manière écologique il faut les garder “à vie”.

Dès 2002 en Irlande, la loi a imposé au consommateur de payer 15 centimes d’euros par sachet. Résultat, en quelques semaines, l’utilisation des sacs en plastique a chuté de 15% et 90% des clients apportaient leur propre sac pour faire les courses. Serait-ce la bonne alternative ?

Crédit Photo : © Humbolt State University

Source : France 24

Un commentaire »

  1. the fox24 mai 2014 at 23 h 29 min - Reply

    si on continu a polluer la terre avec les sachets plastiques,nousb allons contribuer à sa perte!!!

Ecrire un commentaire »